Le niveau des océans montent trop lentement ou pas du tout au goût des alarmistes du réchauffement climatique!

Les rumeurs de changement climatique «catastrophique» et de l'élévation du niveau de la mer font à nouveau l'actualité après le passage de l'ouragan Dorian sur les Bahamas.

Mais un document important sur l'élévation du niveau de la mer dans le Pacifique ne vient pas du tout en aide à  la théorie des alarmistes .

L'étude Quaestiones Geographicae 38 (1) dissipe toutes les craintes dans l'étude "PACIFIC SEA LEVELS RISING VERY SLOWLY AND NOT ACCELERATING" .

 Virginie Duvat* (2018) a récemment souligné que, au cours des dernières décennies, les îles atolls du Pacifique (et de l'Océan Indien) ne présentaient  aucun signe d'immersion en raison de la montée du niveau de la mer.

Les données, qui couvrent 30 atolls, dont 709 îles, révèlent qu'aucun atoll n'a perdu de terres, que 88,6% des îles étaient stables ou qu'elles avaient augmenté, et que seulement 11,4% des îles ont été réduites.

Les rapports de V. Duvat*  relatifs aux atolls, ont étudié les observations des marégraphes et non les données des satellites.

Les taux d'élévation du niveau de la mer rapportés V. Duvat, varient de +2 mm/ an de Pingelap et Mokil, Micronésie, à +5,1 mm/an de Funafuti, Tuvalu.

Mais ces taux proviennent d'analyses subjectives de données de marégraphes de mauvaise qualité et sur une période de mesure peu satisfaisante.

D'autres études du niveau de la mer, telles que Parker (2013a, 2016a, d, 2018d) et Parker et Ollier (2018b), suggèrent des taux de hausse beaucoup plus faibles .

Conclusion:

Les atolls du Pacifique ne connaissent aucune perte de superficie par immersion car le niveau de la mer monte beaucoup moins qu'on ne le pensait.

En considérant la moyenne des 29 marégraphes du Japon, (des marégraphes sur une période à long terme) en Océanie et sur la côte ouest de l'Amérique du Nord, les taux de montée des eaux sont négatifs, respectivement −0,02139 mm/an  et −0,00007 mm/ an.

Depuis le début des années 1900, le niveau de la mer dans le Pacifique a été remarquablement stable, en hausse ou en baisse principalement à cause d''affaissements.

Les preuves proposées par Virginie Duvat  sont confirmées  par les indications de plusieurs  marégraphes à long terme.

Sources: Parker, A.,  Ollier, C., QUAESTIONES GEOGRAPHICAE 38 • 2019 ( https://geoinfo.amu.edu.pl/qg/current/quageo-2019-0007 .pdf  )

*Virginie Duvat spécialiste des milieux tropicaux. Professeur de Géographie à l'Université de la Rochelle, Virginie Duvat est chercheuse au laboratoire LIENSs (Littoral ENvironnement SociétéS - une unité mixte CNRS - Université de la Rochelle). Elle étudie la formation et l'évolution des îles et des reliefs côtiers, leur vulnérabilité face aux risques "naturels", et les impacts des aménagements sur les littoraux.

  • Membre du GIEC, Working Group II (Impacts, Vulnerability and Adaptation), Lead Author du chapitre Small Islands du cinquième Assessment Report paru en mars 2014.
  • Membre du comité scientifique de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, MEDD (2012-2018)
  • Chargée par l'INEE du Réseau Thématique Pluridisciplinaire (RTP) Littoral (2010-2012)
  • Membre du Comité scientifique du programme Littoral de la Fondation de France depuis 2010
  • Responsable de l'équipe de recherche AGILE de 2008 à 2012